La marche fantastique

Une marche pour revenir les pieds sur terre !


Pour suivre la marche au jour le jour et avoir d’éventuelles informations données par les organisateurs des tronçons (qui peuvent être plus récentes que celles de la page du tronçon), rendez-vous sur notre forum :


https://odysee.com/@Reinfocovid:2/la-marche-fantastique-retour:4?r=7cN87c2ejKBVbnki1YkoAwj43y4n4Qhu

https://odysee.com/@Reinfocovid:2/GardiensduVivantMarcheettourn%C3%A9efantastique:5?r=7cN87c2ejKBVbnki1YkoAwj43y4n4Qhu

Principe

La marche fantastique s’adresse à tous ceux qui pensent qu’un autre choix politique que ces mesures sanitaires excessives est possible et préférable, car elles abîment la vie au lieu de la préserver : des traitements précoces comme l’ivermectine existent, ils ont fait leur preuve, mieux vaut miser sur eux que sur des confinements et des vaccins aux nombreux effets néfastes. À tous ceux qui sont en désaccord avec la médecine d’état, avec la confiscation par l’État du médical. Et à tous ceux qui ne veulent pas du pass sanitaire et de la vaccination obligatoire qui sont en discussion en ce mois de juillet et qui vont nous priver de nos libertés.

Elle a pour but de faire vivre un moment d’unité entre toutes les personnes et collectifs qui partagent ces revendications : et ce afin de mieux nous connaître, et d’échanger. Il s’agit aussi de faire une action symbolique et visible pour faire connaître nos revendications. Nous proposons donc une marche-randonnée cet été, organisée en différents tronçons dans les diverses régions sous la responsabilité de collectifs volontaires.

Cette marche comportera un moment commun de deux jours fin juillet pour nous retrouver tous les 30, 31 juillet et 1er août.

Tout au long de la marche se tiendront des moments de discussions, d’interventions, de fêtes, entre nous et sur les places des villages traversés. Nous pouvons aussi prévoir de visiter des initiatives alternatives (permaculture, social, etc), ou des lieux de culture générale.

Ce que nous voulons vivre, c’est la convivialité, le débat et le bon sens. De fait, depuis plus d’un an, les rencontres nous ont manquées, alors nous voulons vivre des moments conviviaux et festifs, nous voulons partager des choses ensembles. Le débat nous a été confisqués, alors nous voulons échanger, discuter, libérer la parole.

Le bon sens semble avoir été un peu perdu, alors rien de mieux qu’une marche, des bivouacs et un temps à la campagne pour le retrouver. Nous souhaitons aussi que la marche se fasse dans la bienveillance et la non-violence, le respect et l’entre-aide, car seul ce chemin nous paraît susceptible d’être fructueux durablement.

La liberté est laissée aux associations et collectifs de lancer leur propre tronçon de marche, et de se coordonner avec ceux de sa région.

Nous souhaitons qu’il n’y ait aucun signe d’appartenance politique ou syndicale dans cette marche pour éviter toute récupération.

Cliquez ici pour avoir des informations sur les différents tronçons.

Lancer un tronçon

Pour lancer un tronçon, il convient de nommer une personne physique « organisateur » mandataire de chaque collectif appelant à la marche.

Cet organisateur doit au besoin, selon le nombre de personnes, déclarer la marche auprès des mairies et/ou préfectures du parcours afin de bien la distinguer d’un attroupement. Les moments de randonnées et de déplacement d’un point à un autre, non considérés comme une manifestation, ne sont pas à déclarer. Si l’on se retrouve sur un lieu privé, il n’y a bien sûr rien à déclarer.

Le droit de manifester est reconnu et n’a pas besoin d’autorisation. Mais le parcours ou l’horaire peuvent être refusés ; de même, les différentes lois et règlements (Code de la route, code pénale, code de la voirie routière, etc.) déclarent illégal tout attroupement et toute entrave à la circulation. De même, les points de départ et d’arrivée où il pourrait y avoir des évènements doivent être bien distingués de la marche et être également déclarés comme toute manifestation / attroupement classique.

Il est toujours possible de mettre en place des tronçons au-delà du mois de juillet et de l’évènement d’Uzès.

L’itinéraire est libre, et de préférence dans la propre région du collectif initiateur. Il est à construire par chaque collectif en fonction des lieux d’accueil possibles, des évènements qui peuvent jalonner le parcours, de la capacité des marcheurs et du dénivelé (nous préconisons entre 10 et 15 km en moyenne, et d’essayer de ne pas dépasser les 4h de marche par jour), des jours de marché des villes traversées, de la présence ou non de gares SNCF (pour ceux qui veulent rejoindre la marche en cours de route).

Il est préférable de privilégier une marche se faisant au maximum sur des chemins de randonnées, en respectant 1 à 2 jours de repos par semaine. Sur deux ou trois jours, il est aussi possible de marcher en étoile autour d’un lieu fixe.

Les différents tronçons ne sont pas nécessairement à relier entre eux.

Il est judicieux d’organiser des évènements tout au long de la marche, notamment dans les villages traversés : art, débats, visites d’associations ou d’initiatives (permaculture, etc). Par ailleurs, il convient de solliciter des médias alternatifs ou des personnes compétentes pour filmer les moments importants (marche, échanges, débats, rigolades…), et ce afin de réaliser un reportage et une couverture médiatique selon nos attentes.

Les éléments structurants de la marche

Définir des « fonctions »

  • Un gardien du trajet : Il trouve les cartes et tous les renseignements nécessaires à l’établissement du meilleur itinéraire. Il guide les marcheurs. Il peut être assisté d’un ouvreur de chemin (avant-garde), d’un responsable fléchage (qui indique la direction à suivre à chaque intersection), d’un fermeur de chemin.
  • Un gardien du temps : Il veille entre autres à ce que les heures de départ fixées par le groupe soient respectées (par exemple en criant un compte à rebours).
  • Un gardien des moyens : Il s’occupe de faire les rotations des voitures. Il veille à l’organisation des moyens collectifs (caisse commune, intendance nourriture, trousse de secours, poubelle….). Il peut par ailleurs être responsable de l’accueil des nouveaux venus. Il peut être assisté d’un cuisinier, d’un animateur camp, d’un intendant (à associer au rôle d’avant-garde ?) ou tout autre rôle.
  • Un gardien de la parole : Il est porte-parole et organisateur des « évènements ». Il peut être assisté d’un scribe (rédacteur du livre de bord « mémoire » du groupe), d’un « attaché de presse » (contact média, revue de presse), d’un porte drapeau (banderole, tracts…). Il veille à ce que des récits et publications soit faites sur la marche.
  • Un gardien de la bonne ambiance : Il veille à la cohésion du groupe, et à ce que l’on garde un esprit positif. Il propose aux moments opportuns des moments de chants, de détente, de parole, etc. Chaque matin, il anime un temps où chacun dit son nom et son lieu d’origine, ainsi qu’en une phrase pourquoi il marche.

Ces rôles peuvent être attribués pour toute la marche, ou changer chaque jour.

Lieux d’accueil

Les lieux d’accueil peuvent être demandés auprès :

  • des maires des villages à proximité de l’itinéraire : prévenir du passage de la marche et demander la mise à disposition gracieuse du stade ou autre terrain municipal (pour les tentes) et des sanitaires.
  • des particuliers (paysans, éclusiers…) qui veulent bien prêter leur terrain pour les tentes avec une source d’eau potable (cotisation des marcheurs nécessaire pour payer l’eau).
  • des campings (cotisation des marcheurs nécessaire) : les campings ne proposant que l’hébergement (sans piscine, restaurant, etc) ne demandent pas le pass sanitaire.
  • des auberges de jeunesse (cotisation des marcheurs nécessaire).

Communication

Des photos, vidéos, récits, etc, doivent être réalisés tout au long de la marche. Un forum a été créé pour les publier. Mais il est aussi souhaitable de les publier sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Telegram, etc), ou mieux sur les réseaux sociaux éthiques (Diaspora* Framasphere*, etc) pour inviter les gens à les rejoindre. Après la marche, des livres ou reportage seront faits avec ce qui a été vécu dans les différents tronçons.

Lors de la marche, les rencontres permettent de faire rayonner notre posture et nos revendications. Il est souhaitable de prévoir des tracts, et éventuellement un signe de reconnaissance (fanion, tissu à accrocher sur sacs ou bâtons, etc). Lors des évènements festifs, l’on peut prévoir d’inviter les personnes habitants aux alentours.

Avant la marche, après avoir pris contact avec les coordinateurs des marches fantastiques, ceux-ci publieront votre projet de marche sur le site. À chacun de relayer ensuite l’information dans les collectifs et medias au niveau local.

Sécurité et responsabilité

Chacun marche en tant qu’adulte (ou mineur sous la responsabilité d’un adulte précis – faire établir une autorisation en cas d’absence du responsable légal) :

  • Chacun doit donc disposer d’une assurance, dite de responsabilité civile.
  • Les marches se faisant sur la voie publique, nous ne serons pas seuls ; il convient donc de faire attention à soi et à tous les autres empruntant la voie publique.
  • Chacun a la responsabilité individuelle de tout dégât causé par une personne ou par des animaux ou des objets (sous la responsabilité d’une personne) à une autre personne ou à un bien lui appartenant, et peuvent donc donner lieu à réparation individuelle

Chaque participant devra être le plus autonome possible. C’est une marche ouverte (pas d’inscriptions obligatoires), et chacun participe selon ses possibilités. Chacun vient avec le nécessaire de randonnée (chaussures, tentes, …) et de l’argent pour acheter de la nourriture dans les villages traversés. Si cela est possible, l’intendance et la cuisine pourront être mutualisées par un système d’inscription pour chaque repas.

Il convient de prévoir un médecin parmi les marcheurs et une trousse de pharmacie.

Nous suggérons de prévoir une ou plusieurs voitures pour accompagner la marche (de campements en campements, et la retrouvant au cours des trajets). Une marche sur un chemin de randonnée ne permettra pas que ces engins motorisés suivent en permanence. Mais cela permettra d’aider à la sécurité, au ravitaillement, et à soulager ceux qui ne peuvent pas porter tout leur matériel.

Enfin, à chaque étape, un roulement de voiture sera organisé avec les chauffeurs pour conduire les voitures au point d’arrivée : le matin, quelques chauffeurs partent avec leur voiture, et reviennent avec un minimum de voitures ; de même le soir pour aller chercher les voitures qui restent.

Écrire une charte de la marche

Une charte de la marche sera écrite et distribuée à chaque participant. Elle reprendra les éléments présentés dans le premier paragraphe (respect, convivialité et entraide). Cette charte doit également reprendre les règles de vie du groupe (rappel des règles de marche en groupe, présentation des différents « gardiens », des règles sur les lieux d’accueil, etc).

Conclusion

Nous souvenant de la « marche du sel » de Gandhi et d’autres évènements similaires, nous souhaitons que la marche fantastique contribue à faire entendre nos revendications et à infléchir la politique gouvernementale pour retrouver davantage de bon sens.

Nous souvenant des Gaulois et de Vercingétorix, tenant tête à Gergovie (qui fut le premier lieu où nous voulions nous retrouver tous lors de cette marche) à l’empire romain et à Jules César, nous vous donnons rendez-vous pour contribuer à écrire la page actuelle de notre histoire.

Serez-vous des nôtres ?

Vous êtes un collectif, et vous êtes partants, alors signalez-vous pour que l’aventure prenne de l’ampleur. Et dès que vous avez un projet de trajet, après un échange avec nous, nous le mettrons sur le site.

Vous êtes enthousiastes et motivés pour aider à l’organisation, alors contactez-nous.

Contactez

Fanny, François, Sophie et Henri : marchefantastique@netc.fr

Cliquez ici pour télécharger les points clefs de l’organisation d’un tronçon.

Articles récents

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.